Bonjour à toi,

Bienvenue dans Mäli Mäli, le podcast qui t'aide à comprendre le charivari de ta vie. Je suis Selma Sardouk, coach décoloniale et aussi créatrice de ce podcast.

Cet été, je t'emmène avec moi dans une expérience géniale : l'été décolonial ! Le principe est simple, à partir de cette semaine et jusqu'au 21 septembre, on se retrouvera tous les vendredis avec une invitée de choix pour discuter d'une thématique en lien avec le décolonialisme :

"Décoloniser la santé", décoloniser nos mémoires, déconiliser la sexualité, décoloniser nos bibliothèques... et bien d'autres thèmes encore. On va aborder ce thème en long, en large et en travers et dans bien des aspects de nos vies !

Pour commencer cet été décolonial, je voudrais définir rapidement le décolonialisme et rappeler pourquoi c'est un sujet d'une importance majeure.

Avant de parler de décolonialisme, je vais aborder la notion de colonialité. On entend beaucoup parler de "postcolonialisme" ou de "néocolonialisme", le fait est que la société dans laquelle nous vivons à l'échelle mondiale n'est ni post-coloniale ni néocoloniale, c'est une société coloniale. Je dis souvent que le système dans lequel nous vivons n'est qu'une adaptation homéostasique du système colonial des siècles derniers. Les guerres de décolonisations ont causé des perturbations dans le système-monde mais celui-ci s'est adapté. Les mots ont changé mais les rapports de dominations sont toujours les mêmes. Par exemple, comme le dit Nicolas Kayser-Bril dans son livre Voracisme : "on ne dit plus : "mission civilisatrice" mais "aide au développement". Si tu veux aller plus loin au sujet des systèmes et de leur fonctionnement, je t'invite à écouter l'épisode 13 de Mäli Mäli dans lequel j'aborde ce sujet plus en profondeur.

Parler de décolonialisme implique cette conscience de la colonialité du monde dans lequel on vit. De nombreux penseurs latino-américains ont théorisé cette colonialité. Notamment depuis le début des années 90 dans le réseau "Modernité, Colonialité, Décolonialité". On y parle de colonialité du pouvoir théorisé par Anibal Quijano, de colonialité du savoir, de colonialité de l'être mais aussi de colonialité du genre par exemple.

On part donc du principe que nous vivons dans un système-monde colonial et eurocentrique. L'eurocentrisme est un concept-clé pour comprendre le monde qui nous entoure. L'eurocentrisme est un paradigme, imposé dans le monde entier. Dans ce paradigme eurocentrique, on part du principe que l'Europe est le centre du monde, que les valeurs, les cultures, les traditions, la politique, l'organisation sociale qu'on trouve en Europe sont meilleures que dans les autres régions du monde, voire les seules qui méritent d'exister. On parle de paradigme eurocentrique car c'est de là qu'il vient mais il a été imposé dans le monde entier de par la colonisation et la globalisation et l'hégémonie états-unienne dans le système-monde.

Bon tu as compris, nous vivons dans un système-monde colonial et avons besoin de décoloniser le pouvoir, le savoir, nos esprits, le genre, etc...

Le décolonialisme c'est tout simplement le fait de "penser et de faire" de façon décoloniale, c'est à dire en prenant conscience de la colonialité mais aussi en se décentrant du paradigme eurocentrique. Décoloniser, c'est aussi décapitaliser et dépatriarcaliser car en étudiant la matrice coloniale du pouvoir élaborée par Quijano, on se rend bien compte à quel point tout est lié.

Je tiens à préciser la portée politique du décolonialisme. Le monde dans lequel on vit est tellement emprunt de colonialité que même le concept de décolonialisme a été récupéré et dépolitisé. On ne l'utilise pas pour faire joli et c'est important de garder ça à l'esprit. Être dans une posture décoloniale c'est éminemment politique, c'est prendre en contre-pied le système dans lequel on vit, c'est aussi rêver et agir concrètement pour aller vers le système qu'on veut.

Poka Laenui, activiste décolonial hawaiien, a théorisé un processus de décolonisation dont la première étape est la redécouverte de nos vies avec ce prisme de la colonialité afin d'accepter et d'entamer un processus de guérison.

Je t'invite alors à redécouvrir avec moi la colonialité et la décolonialité à travers 12 conversations avec 12 femmes extraordinaires. Chaque vendredi, une nouvelle thématique sera abordée. Et en plus de ça, je te propose un atelier qui s'appelle Décoloniser ton état d'esprit" dans lequel je t'accompagne dans le processus de décolonisation.

Si tu as déjà appris des choses dans cet épisode, je t'invite à le partager autour de toi et à t'abonner pour ne pas perdre une miette de l'été décolonial.

A très vite !

Bonjour ! 
Bienvenue dans Mali Mali, le podcast qui t’aide à comprendre le charivari de ta vie.
Dans cet épisode 0 je souhaite me présenter, expliquer qui je suis, et te parler un peu plus de ce que je vais partager avec toi au fil des épisodes de ce podcast.
On va commencer par la base, je m’appelle Selma Sardouk. Je suis amoureuse de la vie, coach certifiée et praticienne en thérapie brève.
J’ai grandi en région parisienne avec mes parents qui eux viennent d’Afrique du Nord. Mon père est marocain, ma mère algérienne.
Depuis toujours je crée et m’investis dans des projets qui ont du sens pour moi et qui sont en accord avec mes valeurs. ## nous aborderons le sujet des valeurs dans un prochain épisode.##
Mes valeurs à moi sont la liberté, la justice, l’harmonie, l’amour et l’authenticité. Je suis passionnée par l’humain et j’aime analyser et comprendre les choses, les mettre en perspective.
Aujourd’hui, grâce à ce cocktail explosif « valeurs-passions »  je suis coach certifiée et praticienne en thérapies brèves. 
Je me définis aussi comme féministe intersectionnelle et c’est sur ce piller de mes engagement que se construit ce podcast ! 
Et voilà ! Sans transition j’en arrive au pourquoi de Mali Mali !
Mäli, ça veut dire « qu’est-ce qui m’arrive ? » en darija, c’est à dire en arabe dialectal.
Mäli Mäli, le podcast qui t’aide à comprendre le charivari de ta vie. C’est une belle promesse n’est-ce pas ? 
Peut-être que tu te demandes si ça va encore être un podcast de développement personnel. La réponse est oui et non !
Au fil des épisodes, j’aborderai des thèmes de développement personnel, de bien être et de santé mentale en remettant tout ça dans un contexte systémique. Car ce qu’il se passe dans ta vie aujourd’hui est lié à toi, à ce que tu as vécu, au contexte sociétal dans lequel tu évolues, mais aussi au contexte culturel dans lequel tu as grandi et aux bagages transgénérationnels qui t’ont été inconsciemment transmis.
J’aimerais à travers ce podcast parler plus spécifiquement aux femmes originaires d’Afrique du Nord. 
Le podcast est, à mon sens, un format qui une offre une certaine intimité et une liberté de ton, c’est ce que je voulais nous apporter à toi à moi-meme. 
Quand j’ai décidé de concevoir Mali Mali : j’imaginais chaque épisode comme un moment de qualité, entre copines où l’on pourrait parler de sujets inspirants et de notre vécu. 
Quand je dis ça, j’ai l’image de mes vacances d’été en Algérie et au Maroc, lorsqu’on se posait dans la cour intérieure de la maison familiale ou sur la terrasse de la maison d’une tante et qu’on se racontait nos histoires, tard le soir.
Lorsqu’on est une femme originaire d’Afrique du Nord, on vit au quotidien le racisme et le sexisme et à cela peuvent s’ajouter d’autres oppressions (telles que la grossophobie, l’homophobie, le classisme, etc…) . Ces expériences forgent forcément notre façon d’appréhender le monde. 
On porte aussi le poids de ce qu’ont vécu les générations passées (colonisation, exil, esclavage), c’est ce qu’on appelle les transmissions transgénérationnelles. Ces transmissions se font de manière tout à fait inconscientes mais peuvent peser sur nos épaules.
C’est en prenant en compte ce contexte que je te proposerai au fil des épisodes un regard différent sur le bien-être, le développement personnel et la santé mentale.
Je t’invite un vendredi sur 2 à 7h30 à te ré-approprier ton histoire, à déconstruire pour mieux dessiner le chemin de ta vie.
À très vite sur Mäli Mäli !